Manifestations scientifiques

Manifestations scientifiques

Participation de la chaire “Cultures, Sociétés et Faits Religieux” au programme ANR - ILM – L’enseignement de l’islam au Maroc (XVIIIe-XXIe siècles) en partenariat avec le CéSor et le Centre Jacques Berque (Mars 2017 - 36 mois) :

Né d’un partenariat entre l’Agence nationale de la recherche (ANR), le Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor) et le Centre Jacques Berque, le programme ILM rassemble une équipe internationale de chercheurs pour explorer le terrain de l’enseignement de l’islam au Maroc depuis le XVIIIe siècle, de l’apprentissage du Coran des « simples croyants » à la formation des oulémas et du personnel religieux. Il vise à croiser les disciplines et conjuguer islamologie/ philologie et sciences sociales en faisant dialoguer les chercheurs marocains et internationaux dans le but de décloisonner le champ.
Le titulaire de la Chaire le Pr. Farid El Asri est un participant au programme, ses recherches sont principalement focalisées sur les structures de formation des imams au Maroc et la Qarawiyyin. La chaire “ Cultures, Sociétés et Faits Religieux” participe activement aux journées d’études proposées pour le programme en introduisant ses doctorantes associées Amina MesgguidSara Abounouass et Yousra Hamdaoui.


IPEV 1 (2017-2019) : Dix groupes de travail, un rapport – Achevé.

Le Panel se veut un projet qui contribue à faire de la prévention et de la sortie de la violence un domaine de recherche privilégié des sciences sociales sans en laisser le monopole à la littérature d’expertise. C’est un projet pluridisciplinaire et transdisciplinaire rassemblant sociologues, anthropologues, historiens, psychologues et spécialistes de sciences politiques. Les travaux de la première phase du Panel (« IPEV 1 ») donneront lieu en 2019 à la publication d’un rapport trilingue (français, anglais, arabe), proposant des recommandations fondées empiriquement à destination des décideurs, de la puissance publique et des acteurs de la société civile, en France et à l’étranger. 

Ce rapport sera fondé sur les contributions des dix groupes de travail d’IPEV, rassemblant plus d’une centaine de chercheurs, qui ont notamment étudié les problématiques liées à la question générale des politiques publiques contre la violence et des processus de sortie de conflit, les liens de l’Etat et de la violence au Moyen-Orient et des réflexions sur la « radicalisation » et la « déradicalisation ».

IPEV 2 (2019-2021) : Recentrement et expansion – En cours.

Dans la seconde phase du Panel, les groupes de travail s’ouvriront à des jeunes chercheurs (doctorants) des universités du sud de la Méditerranée via un appel à candidature. IPEV 2 entend, sans abandonner sa dimension comparatiste, se recentrer sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, avec des développements vers l’Afrique sub-saharienne. Des ateliers de travail et d’autres événements seront organisés au sein des institutions partenaires du projet. Il s’agira de recueillir, discuter et diffuser les connaissances et les réflexions produites dans les universités du sud de la Méditerranée. 

De même que lors de la première phase, IPEV 2 s’adressera à un large public, et pas seulement aux milieux scientifiques, grâce à une vaste campagne de communication (site dédié, blog, réseaux sociaux, partenariat avec une agence de presse).

Partenariat entre la chaire “Cultures, Sociétés et Faits Religieux”- UIR et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) pour la co-organisation d’une école thématique : "Mobilité et religion en Afrique méditerranée (Antiquité-Temps présent)" du 10 au 13 Juin 2019, depuis Décembre 2018 :

L’école thématique s’inscrit dans le cadre de la collaboration scientifique entre l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), l’École française de Rome, le Centre Jacques Berque (CJB, Rabat), l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC, Tunis) et l’Université de Limoges visant à promouvoir le dialogue interdisciplinaire et la formation doctorale en sciences humaines et sociales des jeunes chercheurs dédiés à l’étude du Maghreb. L’IRD et la chaire « cultures sociétés et faits religieux » de l’UIR ont également apporté leur soutien. L’objectif de l’atelier doctoral est de croiser les approches disciplinaires, les terrains de recherches, les périodes et les corpus de sources afin de proposer aux jeunes participants une ouverture méthodologique et scientifique autour d’une thématique commune d’étude, et d’en explorer toute la richesse. Il s’agira alors, à travers les différents travaux proposés, de s’interroger sur l’origine et les enjeux des mobilités passées et présentes au nord de l’Afrique, en matière religieuse. 

La formation offerte dans le cadre de cette rencontre est ainsi ouverte aux doctorants et jeunes docteurs en sciences humaines et sociales, dont le champ d’étude s’étend du Maghreb à l’Égypte ainsi qu'en Afrique subsaharienne.