Chaire: « Migrations, Mobilités et Cosmopolitisme »

Chaire: « Migrations, Mobilités et Cosmopolitisme »

Chaire: « Migrations, Mobilités et Cosmopolitisme »
Depuis l’Afrique, mieux comprendre les enjeux migratoires dans un monde en mouvement
Nous vivons dans un monde ambivalent où prolifération des différents régimes de mobilités, liées à la globalisation, et renforcement des contrôles migratoires se superposent. Un monde où les déplacements sont la réalité de tous mais où tous ne se meuvent pas avec la même facilité ni comme ils le désireraient. La description et la compréhension de cette évolution et du type de cosmopolitisme qu’elle suppose sont un enjeu important de connaissance et de maîtrise de l’information.
Pourtant, si, un peu partout dans le monde, les recherches migratoires ont leurs spécialistes et leurs parcours universitaires, elles restent largement sous-financées et peu encouragées en Afrique. Dans la même perspective, si les recherches académiques produisent des savoirs et des analyses de plus en plus denses, le grand public en a très peu connaissance, au Maroc comme ailleurs dans le monde. Il y a, partout, un immense gouffre entre les savoirs académiques empiriquement fondés et les perceptions que le public a généralement des mouvements migratoires et des populations migrantes, surtout lorsqu’il s’agit des migrations africaines. Il faut pouvoir changer de regard sur les migrations et pour cela rendre accessible les recherches sur ces questions au grand public.
Décloisonner les savoirs sur les migrations et les mobilités
La Chaire Migrations, Mobilités, Cosmopolitisme de l’Université Internationale de Rabat a pour première aspiration de décloisonner les savoirs académiques sur ce monde en mouvement en les rendant accessibles au grand public, notamment à travers des Leçons, des conférences, des ateliers, des espaces de co-fabrication du savoir, des écrits, des interventions médiatiques et des formations certifiantes. Elle élaborera une interface recherche / enseignement / valorisation afin de focaliser l’attention du public marocain et africain (et au-delà) et de concentrer des moyens sur cette thématique en développant un savoir qui lui est propre. Et pour cela, elle est ouverte aux collaborations et aux financements.
La chaire Migrations, Mobilités, Cosmopolitisme a débuté ses travaux en octobre 2018 en commençant par remplir cette ambition à participer à ce que le public non universitaire puisse renforcer les connaissances et les capacités d’action des personnes intéressées par la thématique. Fut ainsi dispensée la formation certifiante “Comprendre les migrations internationales” (12h) à destination des cadres associatifs de la Plateforme des associations et communautés subsahariennes au Maroc (ASCOMS) le jeudi 18 et le vendredi 19 octobre à l’Université Internationale de Rabat. Suite à un accord avec l’ASCOMS, qui est un réseau comportant 17 associations de migrants qui militent activement pour la défense des droits de l’Homme et des migrants, cette formation certifiante a été libre et gratuite. Elle a permis aux 25 participantes et participants d’obtenir un certificat de formation mis en œuvre pédagogiquement par Sciences-Po Rabat et par la Chaire.
L’ambition de la Chaire Migrations, Mobilités, Cosmopolitisme n’est pas d’être une simple fenêtre ouverte sur un univers lointain, mais bien de permettre aux personnes intéressées par cette thématique de prendre part au débat pour se réapproprier, à partir du Maroc, une connaissance et à anticiper les enjeux de demain sur notre continent et au-delà du devenir du monde. Car, il n’est plus possible d’exclure des savoirs et des analyses, les migrations humaines dont on sait qu’elles sont intimement liées aux profonds changements qui s’opèrent dans nos sociétés globalisées. Cette Chaire est donc destinée à toutes celles et tous ceux qui pensent que les enjeux de demain au Maroc et en Afrique vont avoir besoin de mesures innovantes et durables, aux femmes et aux hommes animés par des valeurs d’avenir, désireux d’aborder les débats sociaux dans leur complexité et curieux d’objets nouveaux et de solutions originales. Construire sa libre détermination pour saisir ce nouveau monde en mouvement qui prend forme, c’est à cela que nous vous invitons.
Cycle de conférences et Leçons
Chaque année, la Chaire organisera un cycle de Leçons et de Conférences grand public. L’objectif est double. Il s’agit d’abord de permettre le libre accès à un enseignement thématique à une audience non spécialiste ou non universitaire. Cette mission sera principalement dédiée à la titulaire ou au titulaire de la chaire, puis aux personnes qui y sont associées. Et ensuite, d’être un lieu de diffusion scientifique en invitant les chercheur-e-s du monde à présenter leur savoir. Dans un paysage segmenté par l’information et l’image, le public pourra recouvrer le chemin de la complexité. Éclairer, ce n’est rien d’autre que de replacer tout sujet dans une épaisseur historique, des espaces plutôt qu’un espace.
La Chaire élaborera également des espaces de co-fabrication des savoirs. Pour ses premières années d’activités, il s’agira d’abord de comprendre ensemble dans quelle mesure les formes de mobilités contemporaines (migrations économiques, politiques, voyages initiatiques, touristiques ou d’affaires, navettes, circulations transfrontalières et marchandes, exils, nomadismes, transits, pèlerinages, explosion urbaine, diaspora etc.) participent à la redéfinition des appartenances et des hiérarchies sociales, à la recomposition des territoires et à la transformation des gouvernances politiques en Afrique.
Éléments de valeur ajoutée spécifiques :
  • Interface recherche / enseignement / valorisation
  • Cycles de Conférences et de Leçons Grand Public
  • Mise en réseau d’acteurs de la gouvernance migratoire (ONG, chercheurs, élus, fonctionnaires etc.)
  • Participation à l’édition d’une revue académique intitulée Afrique(s) en Mouvement
  • Développement de cours spécialisés sur la thématique pour la formation initiale et de formations certifiantes pour la formation continue
  • Approche basée sur l’empowerment mettant les acteurs concernés au centre de l’action
  • Élaboration d’ateliers et d’espaces de co-fabrication du savoir et des connaissances avec des universitaires, des membres de la société civile, des artistes et des migrants
  • Diffusion régulière sur les médias sociaux d’informations et d’analyses sur la thématique ainsi que des working papers produits par les chercheur-e-s de la Chaire
  • Déploiement de la recherche scientifique et de recherches-action au Maroc et avec des partenaires du Nord et du Sud sur ces thématiques généralement monopolisées par les chercheurs et experts du Nord
Directeur de la Chaire  : Pr Mehdi ALIOUA
Mehdi Alioua est Professeur Associé de l’Université Internationale de Rabat, rattaché à « Sciences Po Rabat ». Les travaux de recherches du Professeur Alioua portent sur les mouvements migratoires transnationaux et les espaces transfrontaliers entre l’Afrique de l’Ouest, le Maghreb et l’Europe en se focalisant sur l’Afrique Méditerranéenne comme espace ambivalent de rencontres et de conflits. Il s’intéresse notamment au cosmopolitisme, aux transformations urbaines, au racisme, à la citoyenneté, aux mouvements sociaux, à la globalisation et aux différents régimes de mobilités qui la produisent ou qui en sont les produits. Une grande partie de ses écrits analyse les transformations sociopolitiques qu'induit la migration en Afrique méditerranéenne, grande région émettrice d'exilés qui doit réapprendre aujourd'hui à faire de la place à de nouveaux exilés qui s'y installent ou y échouent après une tentative de passage en Europe.  Mehdi Alioua tente d’élaborer à partir des relations humaines entre les deux rives du Sahara et leurs articulations avec la Méditerranée, une approche de la modernité marocaine en particulier et africaine en générale, qui participe à une ontologie du temps présent.
Le Professeur Alioua est également chercheur au Laboratoire Mixte Internationale « Movida » depuis sa création en 2015, à laquelle il a participé, et dont il a été membre du Comité de direction de 2017 à 2020. Movida (Mobilités, Voyages, Innovations et Dynamiques dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne) est un LMI mis en œuvre par l’IRD qui regroupe différents chercheurs et institutions en France, au Sénégal, au Niger, au Burkina-Faso et au Maroc. Depuis 2020, Mehdi Alioua codirige avec Felwine Sarr l’axe « Sahel, Sahara, Méditerranée » du programme de recherche internationale « Regions 2050. Mobile space, Porous borders, Pathway of regionalization » sous la direction scientifique d’Achille Mbembe à l’université de Johannesburg en Afrique du Sud (Wits University). Depuis 2021, il codirige avec Farid El Asri un programme de recherche intitulé « Marocains d’Europe, l’éternel retour » qui porte sur les différentes catégories du retour (forcé, volontaire, temporaire, estivaux, définitif) à partir d’une analyse des liens les Marocains résidents en Europe avec le Maroc et leurs allers-retours. Dans cette perspective, il dirige à l’UIR et codirige avec l’Université de Paris, deux thèses de doctorat autour de la question des retours et des liens diasporiques.
Quelques exemples de publications
  • 2020 , « Sub-Saharan Africans in Morocco, From Underground to the Recognition or Renewal of Cosmopolitanism », in Rahma Bourqia, Aomar Boum (Eds), Special Issue : Anthropological Debates on Maghribi Societies, Hespéris-Tamuda LV (3) (2020) : 255-274.
  • 2019 , « La confluence migratoire marocaine en question », in Afrique(s) en Mouvement n°1, Presses de l’UIR, Rabat, 2019, p. 12-21.
  • 2017 , Mehdi Alioua, Jean-Noël Ferrié, La nouvelle politique migratoire marocaine, Presses de l’UIR, Konrad Adenauer Stiftung e.V, Rabat, 2017.
  • 2017 , Mehdi Alioua, « Transnational migration is always a migration in stages », in Bernes, Bousetta, Zikgraf (eds) Migration in the Western Mediterranean : Space, Mobility and Borders, Routledge, London, 2017, p.138-161.
  • 2016 , Mehdi Alioua, Jean-Noël Ferrié, Saadia Radi, Faouzi Mourji, Les migrants subsahariens au Maroc. Enjeux d’une migration de résidence, Konrad Adenauer Stiftung e.V, Rabat, 2016.
  • 2015 , « Circulations et blocages en Afrique méditerranéenne. L’exemple des recompositions migratoires au Maroc », in C. Schmoll, H. Thiollet et C. Wihtol de Wenden (éds), Migration en Méditerranée , CNRS Editions, Paris, 2015, p.359-370.
  • 2013 , avec Charles Heller, “Transnational migration, clandestinity and globalization”, in Sven Kesselring, Gerlinde Vogl (eds.) Tracing the New Mobilities Regimes. The analytical power of the social sciences and the arts , Ashgate, p.175-185.
  • 2013 , « Le Maroc, un carrefour migratoire pour les circulations euro-africaines ? », in Diasporas marocaines , Hommes et Migrations n°1303, 2013, p.138-145.
  • 2009 , « Migration, globalisation et transnationalisme : quelle capacité d'action pour les plus pauvres et les plus fragiles ? », in O. Clochard (éd.), Atlas des migrants en Europe. Géographie critique des politiques migratoires , Armand Colin, Paris, 2009, p. 133-137.
  • 2009 , « Le passage au politique des transmigrants subsahariens au Maroc » in A. Bensaâd (éd.), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes , chapitre 12, coll. « Hommes et Sociétés », Karthala, Paris, 2009, p. 279-303.
  • 2008 , « La migration transnationale, logique individuelle dans l'espace national », in LM. Cravetto (éd.), Migrants et clandestinité , Social Science Information, Vol 47-n°4, 2008, p. 697-713.
  • 2005 , « La migration transnationale des Africains subsahariens au Maghreb. L’exemple de l’étape marocaine », in A. Bensaâd (éd.), Marges et mondialisation : Les migrations transsahariennes , Maghreb-Machrek n°185, 2005, p. 37-58.