Chaire de l'économie du savoir

Chaire de l'économie du savoir

CONTEXTE :

L’Organisation Islamique pour l’Education, les Sciences, et la Culture, mène depuis 2009 un  programme  phare dédié à l’économie du savoir dans ses pays membres. Ce dernier  reconnait le savoir comme moteur de productivité et de  croissance économique et ce, par le biais de l’intérêt relativement nouveau  porté au rôle de l'information, de la technologie, de la bonne gouvernance, de la formation du capital humain  et de l'apprentissage dans la performance économique.

            A cet effet, de nombreux ateliers, journées portes ouvertes, conférences ont été organisées afin de sensibiliser les capacités des décideurs économiques et politiques sur le rôle crucial de l’économie du savoir dans le développement socio- économique. De plus, en juin 2013, un rapport intitulé « Transformer les économies arabes : la voie de la connaissance et de l’innovation », ISESCO- Banque Mondiale/ CMI a été publié à un moment ou les  événements sociaux économiques dans les pays arabes ont plus que jamais montré l’importance capitale de  s’engager dorénavant dans un développement continu et inclusif ou l’économie du savoir à une place fondamentale. 

Le plan d’action 2015 de l’ISESCO prévoit  la création effective  de deux chaires pour l’économie du savoir au Kirghizistan (Bichkek) et, au Maroc,  à l’Université Internationale de Rabat (UIR) qui a déjà, par ailleurs, été la pièce maitresse d’un documentaire sur « l’économie du savoir dans la région MENA : Une success story innovante, l’UIR » diffusé en décembre 2014 lors de la Conférence des Ministres de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique qui s’est tenu les 17 et 18 décembre 2014.

Cette chaire, qui s’inscrit dans la continuité des travaux et réflexions de l’ISESCO sur le rôle crucial de l’économie du  savoir dans le développement économique, constituera  un pôle d’excellence pour la région Arabe. Un mémorandum d’entente pour la création de cette Chaire  a été signé le 17 décembre 2014 entre la FUMI et l’UIR.

OBJECTIFS :

Face aux insuffisances des approches exclusivement financières, cette chaire vise à  réfléchir sur  la contribution des actifs immatériels au développement économique, de dresser des bilans et dégager des éléments de prospective, quant à l’évolution de la connaissance alliée à l’économie. Elle sera amenée à

Objectifs à long terme :

Objectifs à court terme :

Promouvoir et vulgariser le  concept d’économie de savoir en Impliquant par leur participation un maximum d’étudiants, pivots de l’économie du savoir de demain.